Le coton Fibre naturelle

Le coton :

Fleur-de-coton

Fleur de coton

Le coton est une fibre naturelle d’origine végétale qui provient du cotonnier.

Il existe plusieurs types de cotonnier à l’usage du textile. Il y a deux types de cotonnier qui produisent l’essentiel du coton du marché du textile.

Le gossypium hirsutum : c’est environ 90% de la production mondiale, il produit une fibre de longueur moyenne (3 cm ) c’est la fibre qu’ on retrouve dans la plupart de nos vêtements en coton.

Le gossypium barbadense : il s agit d’une fibre plus longue (environ 5 cm), plus fine et plus résistante. Elle jouit d’une brillance et d’une douceur naturelle. C’est le top en matière de coton.  On en trouve aux Etats-Unis (Sea island, californie…)  en Amérique Latine, et en Egypte (le fameux coton Egyptien cultivé au bord du nil). Cette fibre est aussi connu sous le nom de ELS (extra long stapple) c’est à dire fibre extra longue. Parmi les labels connus on retrouve en particulier le pima coton, Giza 45 de la maison Albini……

Une fleur de cotonnier est constitué d’un reservoir ou capsule surmonté de petales. Lorsque les fleurs de cotons fanent, la capsule s’ouvre laissant apparaître des graines recouvertes de duvet. Ce duvet constitue les fibres de coton. Les champs de coton sont alors tout blancs. La récolte peut alors commencer.

coton_capsule

Fleurs fanées et capsule de coton

coton_ouvert

La capsule de la fleur est ouverte et laisse apparaître le coton

champ_de_coton

Champ de coton

Les ouvriers dans les champs de coton récoltent directement les graines. Il s’agit d’un travail difficile qui se fait à la main dans certains pays d’Asie mais qui est souvent mécanisé grace à de grosses machines qui ressemblent à des moissonneuses. Pour garantir les bonnes conditions de travail de la récolte du coton et lutter contre le travail des enfants certains labels ont été créés. En particulier le label Fair Wear…Vivienne Westwood est particulièrement sensible à l’environnement et au respect des conditions de travail et n’hésite pas à faire la promotion de ces labels. Elle a mis fin en particulier à certaines collaborations pour ces raisons. Son combat contre le gaspillage et l’écologie l’amène par exemple à collaborer avec la marque Brésilienne Melissa dans l’élaboration de chaussure en PVC entièrement recyclé.

Fabrication du fil de coton.

Plusieurs étapes sont nécéssaires pour aboutir au fil de coton :

Etape 1 : Une machine (l’égreneuse) sépare les graines des fibres de coton puis conditionnement les fibres sous forme de gros paquets appellé balle. (Un peu comme des bottes de paille).

Balle de coton

Balle de coton

Etape 2 :  Les balles sont remises aux filateurs qui transforment les fibres en fil c’est le filage du coton.

Une machine (la cardeuse) mélange et enchevêtre les fibres  pour donner un fil brut : on parle de fil cardé, mais si on veux augmenter en qualité, on peux ajouter une deuxième étape qui consiste à peigner le fil et éliminer les fibres les plus courtes : on obtient alors un coton plus soyeux et plus résistant constitué de fibres plus longues et donc de meilleurs qualités  on parle de fil peigné. Ensuite le coton se présente sous forme de nappe plate et va encore subir une étape d’affinage : les fibres de coton sont étirés pour devenir plus fin.  La dernière étape consiste à tordre ces brins très fins entre eux pour obtenir le fil de coton.  On distingue alors deux types de torsion S ou Z. Un fil se retord toujours dans le sens inverse du sens dans lequel il a été filé. Puis ces fils primaires peuvent être de nouveau tordu ensemble, on parle alors de fil double retord.

Torsion en Z, on dessine un "/" dans le sens de la torsion, en S c'est un "\"

La dernière étape est le tissage, nous reviendrons dans un article plus précisément sur les différents mode de tissage.